Black Mirror : pourquoi l'épisode de dating « Hang the DJ » est le meilleur de la saison 4

Teaser

Le quatrième épisode raconte la naissance d'une relation avec beaucoup de véracité, tout en posant les limites d'une société régie par les applications de rencontres. Jusqu'où irait-on pour trouver notre « perfect match »  ?

Ça y est, vous avez binge watché la quatrième saison de la dystopique Black Mirror en entier. De la première minute à la dernière sans ciller... Et comme nous, vous avez constaté une sacrée différence de niveau entre les épisodes. Un préféré ? Définitivement « Hang The DJ », un titre qui provient du refrain de « Panic » des Smiths. Basé sur la rencontre et les applications de dating, cet essai résonne particulièrement fort, puisqu'il parle d'une technologie que nous utilisons déjà quotidiennement.

Bienvenue dans le cœur du « Système », un monde qui s'occupe de former des paires entre différents individus, jusqu'à ce qu'ils rencontrent le partenaire parfait à 99,8%, celui avec lequel ils vont passer le reste de leur vie. Dans l'enceinte du domaine, on ne croise que des célibataires en phase d'apprentissage. On ne sait ni d'où ils viennent, ni où ils vont. On sent par contre qu'ils sont extrêmement surveillés, poussés à agir sans poser de questions à l'Intelligence Artificielle qui les gouverne. Après tout, ça marche, non  ? Comme le répète si bien leur coach de vie, petit boîtier rond qui les suit partout, « Tout arrive pour une raison ».

Black Mirror

"Tout arrive pour une raison"

Porté par les prestations de ses deux acteurs principaux, Frank (Joe Cole) et Amy (Georgina Campbell), cet épisode dépeint les limites des algorithmes des applications de dating, mais met surtout en exergue la puissance d'une rencontre. Leur premier rendez-vous est à la fois gauche et très doux, comme on espérerait qu'un date Tinder se déroulerait dans la vraie vie. Et c'est d'ailleurs grâce à cela que cet épisode écrit par Charlie Brooker sort son épingle du jeu.

Si Black Mirror nous avait habitué à cartonner dans le registre de l'anticipation technologique, la série nous prouve aujourd'hui qu'elle peut également s'illustrer avec brio en se plongeant dans le monde bizarre des sentiments. D'autant plus quand il s'agit de décrire l’irrépressible alchimie qui s'opère entre les deux personnages principaux. Un exercice périlleux, en témoignent les dizaines de nanars qui tentent de parler d'amour en sombrant dans le pathos et le dégoulinant. Ici, tout est orchestré en finesse. Il est d'ailleurs assez jouissif de constater à l'image à quel point une relation positive peut permettre à une personne de se libérer, de devenir la meilleure version d'elle-même, alors qu'elle s'éteint dans un duo nocif.

La date d'expiration

Le détail qui permet de lier l'ensemble réside dans un concept extrêmement bien trouvé : la date d'expiration d'une relation. Dans «  Hang the DJ  », à chaque nouvelle rencontre, les participants sont encouragés à découvrir le nombre d'heures, de jours, de mois, etc. que le «  Système  » a décidé de leur accorder à deux.

Une condamnation à vivre l'enfer pendant des semaines quand il n'y a pas d'alchimie. Un crève-cœur quand, au contraire, l'étincelle est là mais qu'il faut déjà se quitter. Difficile de ne pas transposer cette idée dans la vie réelle. En effet, comment vivrions-nous nos relations amoureuses si l'on savait à l'avance que notre paire a une date de péremption  ? Une expérience socialement éprouvante qui pose une stratégie, celle de mesurer notre capacité à résister pour déterminer notre «  perfect match  ». Comme le disent les Smiths dans Panic «  Je me demande, la vie pourra-t-elle encore être saine d'esprit?  »

A dévorer sur Netflix

 

Programmes Liés

Plus de Aucun nom

Les plus lus

Notre Selection