Kirk Douglas a quitté la scène

Teaser

Père de Michael Douglas, dernière légende d’un Hollywood qui n’existe plus, l’acteur s’est éteint à l’âge de 103 ans.

Il venait d’en bas et s’était hissé aux plus hautes marches de la mythologie hollywoodienne. Fils de parents juifs  exilés de Russie (son père était chiffonnier, sa mère femme au foyer), Kirk Douglas  est le produit de cette Amérique des migrants qui croient au rêve du Nouveau monde. Jeune sportif, il se distingue dans une discipline – la lutte gréco-romaine – qui, mine de rien, lui servira de passeport pour son entrée en cinéma. Après quelques rôles au théâtre et quelques apparitions dans des films mineurs, il finit par imposer son physique qui, tout en respectant les canons cinématographiques de la virilité, tranche dans la galerie. En 1949, Le champion – l’histoire d’un homme capable de tout pour devenir champion de boxe – le place sous la lumière   malgré le profil immoral de son personnage. 

Les sentiers de la gloire

La suite est une longue liste de films à succès dont certains sont entrés dans l’anthologie du cinéma américain. La captive aux yeux clairs, classique du western signé Howard Hawks, Les ensorcelés de Vincente Minelli pour lequel il est nommé aux Oscars, Vingt mille lieues sous les mers de Richard Fleischer et œuvre incontournable du catalogue Disney. Suivront encore Règlement de compte à OK Corral, Les Vikings, Les sentiers de la gloire de Stanley Kubrick qui le dirige une seconde fois dans Spartacus, étalon mesure du péplum et succès mondial.

Dans le Borinage

Plusieurs fois nommés à la cérémonie des Oscars, jamais récompensée, Kirk Douglas – qui a toujours milité en faveur des Démocrates  – reçoit finalement, en 1996, une statuette rendant hommage à l’ensemble de sa carrière. Dans cette carrière – immense – on retiendra encore La vie passionnée de Vincent Van Gogh (Lust For Life en v.o., voir le trailer ci-dessous) dont le tournage, en 1955, s’installe dans les décors réels du Borinage que le peintre a connu. A Hornu, à Cuesmes, dans les anciens corons, le film restauré est célébré en 2015 lorsque Mons, capitale de la culture, en fait un des moments forts de son programme. Un lien sentimental qui lie à jamais la région à l’acteur, mort cette nuit à l’âge de 103 ans.

 

Programmes Liés

Plus de Aucun nom

Les plus lus

Notre Selection